L'Agence canadienne de l'eau devrait puiser dans les innovations du secteur

22 juillet 2020

La création d'une Agence canadienne de l'eau, mandatée par le gouvernement fédéral l'an dernier, est une occasion unique d'améliorer la gérance de l'eau douce dans ce pays.

Carolyn DuBois et Mathew McCandless de Ia Région des lacs expérimentaux (RLE) contribuent aux discussions en cours sur le rôle de l'agence, dans cet article rédigé pour Options Politiques.

Ils soutiennent qu'il est essentiel de tirer parti de l'innovation qui existe actuellement dans les réseaux de communautés locales, les agences gouvernementales, les nations autochtones, l'industrie, les universités, les groupes communautaires et les institutions locales, afin de répondre aux questions fondamentales sur l'état de notre eau douce et les moyens de la protéger.

Les recommandations de Carolyn et Mathew au gouvernement fédéral comprennent:

  • Reconnaître l'éventail croissant de personnes qui se collectent et utilisent les données pour la gestion de l'eau douce et reconnaître que ces initiatives vitales engagent efficacement les communautés et le public dans
  • les décisions qui les concernent. Le gouvernement fédéral a vu la valeur de ces efforts, mais il existe une possibilité de coordonner le soutien fédéral qui (comme la gestion de l'eau douce elle-même) a été réparti entre les ministères.
  • Le soutien aux programmes existants pour assurer leur stabilité financière. Les initiatives communautaires dépassent invariablement leur capacité, mais survivent souvent avec des budgets limités et ne communiquent pas pleinement avec leurs pairs.
  • Accorder une attention particulière aux jeunes qui sont engagés dans la collecte et l'analyse de données, afin d'améliorer leurs compétences. et veiller à ce que les voix, la souveraineté et les protocoles autochtones soient reconnus et respectés.
  • Rassembler des organisations existantes disparates, pour partager l'expertise, les ressources et les meilleures pratiques. Cela permettra à l'ensemble du réseau de devenir plus efficace et capable d'informer efficacement le large éventail de personnes qui utilisent ces données - des décideurs, développeurs et ingénieurs aux organisations de conservation et aux agriculteurs.
  • Continuer à renforcer son engagement en faveur d'une approche « ouverte par défaut », selon laquelle les projets financés par le gouvernement fédéral et les organisations avec lesquelles il s'associe doivent prendre des mesures pour ouvrir leurs données et bénéficier d'un soutien en matière de renforcement des capacités pour y parvenir. Les ensembles de données sont plus précieux lorsqu'ils sont soigneusement gérés et librement disponibles. Soutenir la création et le partage de données de meilleure qualité et plus rapides permet de faciliter l'innovation, comme l'utilisation de l'IA pour créer de meilleurs modèles de prédiction.

Lisez l'article complet ici et participez à une consultation en cours sur l'Agence canadienne de l'eau ici.  

« La création d'une Agence canadienne des eaux est une occasion unique de puiser dans l'innovation qui existe aujourd'hui »
Île au milieu d’une rivière à côté d’une autoroute

Une spécialiste des données se joint à l’équipe de DataStream!

L’équipe de DataStream continue à croître et c’est avec plaisir que nous souhaitons la bienvenue à Nell Libera, spécialiste des données.

Poursuivre la lectureUne spécialiste des données se joint à l’équipe de DataStream!  
un lac en sécheresse

Données sur les eaux souterraines : Loin des yeux, loin du cœur?

L’eau souterraine constitue une ressource d’importance vitale, souvent négligée dans la gestion de l’eau douce. Malgré son importance, au Canada, nous savons relativement peu de choses sur le comportement des eaux souterraines, leur qualité ou comment leur qualité et leur quantité évoluent au fil du temps.  

Poursuivre la lectureDonnées sur les eaux souterraines : Loin des yeux, loin du cœur?